Guillaume Chauvin • Plzen • épisode 9

radek_kuncl_11h09
Radek Kuncl, 11h09, Plzen 2015 © Guillaume Chauvin

Vendredi 30 octobre 2015, à Plzen

RADEK – CHAUFFEUR DE TROLLEY-BUS

« Radek me parle en tchèque. Il ne parle ni anglais ni russe. Alors je lui parle russe. Quand on se comprend on rit. Quand on ne se comprend pas aussi. Sur ses conseils, mon premier geste en arrivant chez lui : donner à manger à la chienne Betty pour qu’elle arrête d’aboyer. Un de ses fils me traduit à l’aide de Google que « Betty a pété ». Le matin passe vite et déjà Radek se prépare, comme il le fait depuis vingt et un an déjà. Il part quand sa femme arrive. Quand le trolley-bus démarre, il y a Nirvana à la radio. Radek trouve souvent des téléphones oubliés dans son bus et il arrive à en avertir les propriétaire. Parfois il reçoit une bouteille en récompense. Plusieurs fois j’apercevrai encore Radek filant de nuit au volant de sa ligne 16. »

Guillaume Chauvin.

Guillaume Chauvin • Plzen • épisode 8

sabina_franova_09h09
Sabina Franova, 09h09, Plzen, 2015 © Guillaume Chauvin

Jeudi 29 octobre 2015, à Plzen

SABINA FRANOVA – CLOWN D’HOPITAL

Sabina et sa fille ont les yeux clairs malgré le brouillard. Elles dégagent toutes deux une force positive. Après le repas, nous rejoignons l’hôpital où Sabina travaille aujourd’hui avec sa « collègue » clown.

Ce métier m’impressionne : un enfant pleure et sa mère n’arrive pas à le calmer, donc elle pleure aussi et le porte dans ses bras aux médecins.

Puis les clowns arrivent, et en quelques secondes l’enfant rit et embrasse sa mère. Mon appareil photo tremble. Le plus dur pour Sabina est d’apprendre la mort d’un enfant. Parfois longtemps après. Elle travaille beaucoup, et quand les patients lui demandent pourquoi, elle répond – « vous êtes là donc je suis là aussi. La maladie ne prend pas de vacances ». Sabina et sa famille deviendront mes amis.

Guillaume Chauvin.

 

Guillaume Chauvin • Plzen • épisode 7

 

hana_husarova_06h00
Hana Husarova, 06h00, Plzen, 2015 © Guillaume Chauvin

Mardi 27 octobre 2015, à Plzen

HANNA – INGÉNIEUR CHEZ SKODA

La journée avec Hanna commence à tôt : 05h30. Nous partons promener son chien blanc que les enfants prennent pour un cochon. Puis partons aux usines Skoda, strudel sur les genoux, car aujourd’hui c’est son anniversaire. Sur le bureau derrière lequel on m’installe attendent des contrats à huit et neuf chiffres. C’est étrange de pouvoir emprunter les stylos de l’absent. Après plusieurs heures sur sa chaise me vient l’impression de faire partie de l’entreprise ! Mais j’ai surtout le sentiment d’être dans l’usine qui fabrique les usines. Derrière le chef de service coréen, il y a un petit drapeau coréen. Avant de terminer sa journée pour célébrer ce jour avec son mari et ses amis, Hanna relève le contenu des boites à messages réparties dans l’usine : on peut y remercier un collègue.

Guillaume Chauvin.

Guillaume Chauvin • Plzen • épisode 6

vaclav_silovsky_-(45)
Václav Silovský, Plzen, 2015 © Guillaume Chauvin

Vendredi 23 octobre 2015, à Plzen

VACLAV – FERMIER ET ÉLEVEUR BIO

Je me retrouve non loin de Pilsen, à Sobesuke. Sosie du village franc-comtois où vivent mes parents. Même forme des toits des maisons, mêmes formes des têtes des gens, seule la langue change… Il fait beau, les feuilles tombent des arbres avec bruit sur leur maison pleine d’énergie positive. Vasek a le bonheur d’une famille généreuse, des poules et boucs en plein champ, des canards verticaux et des crêpes à la lavande. En marchant le long des fossés qui me lancent le parfums de pommes fermentées, je ressens une satisfaction spirituelle et organique rare. Le tracteur sent le feu de bois. Les enfants m’offrent des pommes dures et le thé est rouge sang. Vasek et sa famille ont un « dauphin » à la maison (c’est le nom du chat). Ils ne ferment jamais leur porte à clef.

Guillaume Chauvin.

Guillaume Chauvin • Plzen • épisode 5

zuzana_kellner_13h44
Zuzana Kellner, 13h44, Plzen, 2015 © Guillaume Chauvin

Jeudi 22 octobre 2015, à Plzen

SUZANNA – PROFESSEURE DE DANSE

Suzanna m’accueille dans la lumière, à une table sur laquelle attend déjà un thé au gingembre, face à un beau jardin. L’enfant qui joue me parle en tchèque et je lui réponds en français. Puis nous partons au centre de danse où travaille Suzka. Sa première élève est une jolie unijambiste douée pour le poledance, puis un groupe de jeunes filles flottant le long de barres verticales… Suzka regrette que les gens d’ici se plaignent souvent. Heureusement ils sont ouverts à l’art et plus sensibles qu’ailleurs. Suzka est blonde aux yeux noirs.

Guillaume Chauvin.