1_©Stimultania
Atelier de création autour de l’autoportrait, Institut médico-éducatif Parc Révollier de St-Étienne, janvier 2016 © Stimultania

Vendredi 22 janvier 2016, les grandes lignes

« L’autoportrait.

Voilà, le mot tombe. Le pourquoi du comment, la sauce à laquelle nous souhaitons vous manger.

Parce qu’il paraît qu’aujourd’hui ce sont les jeunes qui se « selfisent », on dit même qu’ils y passeraient tout leur temps. Sans à priori, allons sonder un peu, testons ce rapport à l’image et à soi-même. En prenant des chemins de traverse, tranquillement, sans pression.

Angélique rigole, Omar exulte. Enzo nous dit que lui ne prend pas beaucoup de photos, juste une ou deux par jours. Rolando se cache un peu.

Par petit groupe, nous nous isolons et je leur expose la suite du programme : utiliser quatre des mots écrits lors de la première séance et leur donner vie. L’animal, la plante, l’endroit et la matière. Chaque mot aura sa technique. Tracer son animal en light-painting, fossiliser sa plante en photogramme, devenir endroit par la projection, se transformer en matière par la séquence. Un peu abstrait, mais ça rassure. Et ça donne envie. Seul Julien se méfie : non, dessiner avec la lumière ce n’est pas possible. Ni faire une photo sans appareil photo. Pas possible, catégorique.

En parallèle, on active le créatif, on essaye de se concentrer et de souffler un peu. Les mains photographiées la fois précédente ont été imprimées en noir et blanc, paumes offertes. Plusieurs missions autour de ces images : poser un calque sur sa main et en tracer les lignes intérieures, puis en tracer le contour, enfin dessiner ce que l’on veut. Puis, en collage : découper sa main et lui inventer un fond, ou bien la réinventer en entier.

Au final, une collection de calques, de lignes, de contours. Pas eu le temps pour les collages, mais ce n’est pas grave. Et c’est beau les lignes d’une main, isolées ainsi. Chacun a eu sa manière de les tracer, les personnalités se dessinent tout doucement. »

Matilde Brugni

26 heures d’intervention de janvier à avril 2016 auprès de 8 élèves de l’institut médico éducatif Parc Révollier à Saint-Etienne. Enseignante : Charlotte lafay-abid
Dans le cadre du dispositif Eurêka soutenu par la région Rhône-Alpes.

 

2_©Charlotte.Lafay
Atelier de création autour de l’autoportrait, Institut médico-éducatif Parc Révollier de St-Étienne, janvier 2016 © Charlotte Lafay
3_©Charlotte.Lafay
Atelier de création autour de l’autoportrait, Institut médico-éducatif Parc Révollier de St-Étienne, janvier 2016 © Charlotte Lafay