Benoît De Carpentier, Fabienne Swiatly • maison d’arrêt • pendant

© Fabienne Swiatly
© Fabienne Swiatly

“Il fait chaud.
Très chaud.
Un photographe. Une écrivaine.
Et la prison de Corbas avec des hommes dedans.
D’abord il faut y entrer soi, puis il faut faire entrer le matériel.
Ne pas faire sonner les clés, ni les ceintures, ni les chaussures.
Faut être patient, les portes finissent par s’ouvrir.
Des caméras, des bips, des sonnettes, des alarmes, des guichets, des clés.
Des murs, des grilles, des barbelés. Du béton.
Et des hommes dedans.

On fait écrire. On fait de la photo.
Eux les hommes de la prison deviennent des prénoms, des noms, des visages et des histoires.

Ils écrivent :

Je viens de la rue qui m’a appris à être solide
Je viens d’un silence
il était fait de bruit et de béton.

J’ai commencé à grandir en descendant du cinquième étage
Une fois au niveau zéro, la vie, des paroles, des voitures, le soleil…
On est loin du Sahara et son sable chaud.

Mettre en scène, poser, cadrer.
Jouer avec la transparence et la légèreté pour souligner le dur.
Se détacher du sol …
Artifices qui disent aussi le vrai.

Atelier photo et écriture dans le grand gymnase de la prison
Il fait chaud, on l’oublie parfois.”

Fabienne Swiatly

2 x 40 heures d’intervention en simultané, maison d’arrêt Lyon-Corbas, juillet 2017.

Résidence “J’étais loin de m’attendre, photographie et écriture” soutenue par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Fédération des Œuvres Laïques pour le SPIP du Rhône maison d’arrêt Lyon-Corbas, dans le cadre du programme Culture/Justice.

© Fabienne Swiatly
© Fabienne Swiatly
© Fabienne Swiatly
© Fabienne Swiatly
© Fabienne Swiatly
© Fabienne Swiatly
© Benoît De Carpentier
© Benoît De Carpentier
© Benoît De Carpentier
© Benoît De Carpentier
© Benoît De Carpentier
© Benoît De Carpentier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *