Guillaume Chauvin • Strabourg / Plzen • épisode 0

Ce nouveau projet européen prend la forme d’un workshop entre Plzen (CZ) et Strasbourg (FR). Il se destine à douze étudiants du département de photographie – dirigé par Vojtech Aubrecht – de la Faculté des arts et du design Ladislav Sutnar à Plzeň, confrontés à autant d’auteurs et volontaires français. Ce workshop s’inscrit notamment dans le cadre de la Présidence de la République tchèque au Conseil de l’Europe et donnera lieu à la publication d’un ouvrage bilingue conçu par le graphiste Martin Busek et à une exposition consacrée en mai 2017 (à Plzeň, Prague, Strasbourg et Paris).

« Au mois d’octobre 2016, des auteurs français sollicités par Guillaume Chauvin produisirent des instructions que ce dernier alla remettre aux étudiants tchèques une fois celles-ci traduites. Chacun d’entre eux en tira six au sort, qu’il ou elle eut ensuite à réaliser, coûte que coûte ! » Français et Tchèques collaborent sans se connaître ni se voir, par l’intermédiaire de ces seules instructions produites par les premiers à l’intention des seconds. Autant de connexions concrètes et sensibles entre nos deux cultures, que de clins d’œils photographiques aux dérives situationnistes dont le mouvement fête son « anniversaire » en novembre 2016. Une introduction à ce travail participatif et évolutif, dont chaque pierre change de forme et se pose en direct. Une mise en abîme visuelle et néanmoins apréhendable par tout un chacun. Permettant à tous de découvrir et ré-inventer son monde.

Une exposition est prévue à la galerie Ladislav Sutnar du 31 mai au 24 juin 2017.
Un projet porté par Stimultania, pôle de photographie

Un projet soutenu par l’Institut Français, la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg, la Région Alsace – Champagne Ardenne – Lorraine, la Faculté du design et des arts Ladislav Sutnar à Plzeň, la galerie Ladislav Sutnar, Tereza Svášková – DEPO 2015
 
Avec le concours de l’Alliance française de Plzeň, l’Institut français de Prague, le Centre tchèque de Paris, A.E.D.E.C, Radio Prague, le département de langue tchèque de l’Université de Strasbourg, le fonds photographie de la Médiathèque André Malraux

 

Va là où tu rêverais de prendre une photo. Juste avant d’y partir, tu t’arranges pour oublier ton appareil photo. Une fois sur place remplis bien tes yeux avec tout ce que tu vois de ce lieu auparavant si convoité. Mets dans tes yeux tout ce que tu aurais mis dans ton appareil. Une fois rentré(e) chez toi ra ppelle toi de la scène qui impressionna le plus tes yeux. Décris-la précisément à un autre photographe qui se rendra là bas pour réaliser à ta place cette image et te l’offrir ensuite. Merci aux deux.
Va là où tu rêverais de prendre une photo. Juste avant d’y partir, tu t’arranges pour oublier ton appareil photo. Une fois sur place remplis bien tes yeux avec tout ce que tu vois de ce lieu auparavant si convoité. Mets dans tes yeux tout ce que tu aurais mis dans ton appareil. Une fois rentré(e) chez toi ra ppelle toi de la scène qui impressionna le plus tes yeux. Décris-la précisément à un autre photographe qui se rendra là bas pour réaliser à ta place cette image et te l’offrir ensuite. Merci aux deux. 36 © Katerina Dvorakova, 2016
Installe-toi à ton bureau. Imagine ce qu’un français de 31 ans aurait pu te donner comme instructions pour réaliser une photo particulière. Écris-les. Suis-les. Merci.
Installe-toi à ton bureau. Imagine ce qu’un français de 31 ans aurait pu te donner comme instructions pour réaliser une photo particulière. Écris-les. Suis-les. Merci. 63 © Martina Havlov
Sors de chez toi en pleine nuit. Entre deux et quatre heures du matin. Repère le sens du vent et marche contre lui. Toujours tout droit, contre le vent. Dès que tu te sens en insécurité, prends une photo et tu rentres chez toi en courant. Merci.
Sors de chez toi en pleine nuit. Entre deux et quatre heures du matin. Repère le sens du vent et marche contre lui. Toujours tout droit, contre le vent. Dès que tu te sens en insécurité, prends une photo et tu rentres chez toi en courant. Merci. 68 © Katerina Dvorakova
Assieds-toi à une table, prends un stylo et une feuille. Pense à un lieu situé à une bonne vingtaine de minutes de marche de chez toi (la gare, l’école, le supermarché). De tête écris précisément le chemin à prendre pour t’y rendre, mais simplement avec des indications comme : première à gauche puis troisième à droite, encore deuxième à droite puis huitième à gauche... Descends de la rue avec ton bout de papier. Suis scrupuleusement les indications et prends en photo le bâtiment devant lequel elles te mènent. Si c’est le bon, chapeau ! Merci.
Assieds-toi à une table, prends un stylo et une feuille. Pense à un lieu situé à une bonne vingtaine de minutes de marche de chez toi (la gare, l’école, le supermarché). De tête écris précisément le chemin à prendre pour t’y rendre, mais simplement avec des indications comme : première à gauche puis troisième à droite, encore deuxième à droite puis huitième à gauche… Descends de la rue avec ton bout de papier. Suis scrupuleusement les indications et prends en photo le bâtiment devant lequel elles te mènent. Si c’est le bon, chapeau ! Merci. 71 © Martina Havlov
Tu es dans ta chambre. Tu mets la musique tellement fort que quelqu'un, parent, coloc, ami, entre pour te dire de baisser le son. C'est ce visage à ce moment que tu devras photographier. Merci.
Tu es dans ta chambre. Tu mets la musique tellement fort que quelqu’un, parent, coloc, ami, entre pour te dire de baisser le son. C’est ce visage à ce moment que tu devras photographier. Merci. 77 © Jana Cerna
Demande l'autorisation pour photographier la plus grande piscine de Plzen avec un temps de pose très long. Pour que tous les baigneurs se confondent avec l'eau. Semblent y fondre. Merci.
Demande l’autorisation pour photographier la plus grande piscine de Plzen avec un temps de pose très long. Pour que tous les baigneurs se confondent avec l’eau. Semblent y fondre. Merci. 79 © Jana Cerna

Guillaume Chauvin • Plzen • épisode 15

Mardi 10 novembre 2015, à Plzen

SARKA – TAXIDERMISTE

 

« Sarka vit près de belles forêts, au bout d’une ligne de bus. Elle est pressée ce matin mais le chien aboie quand même. Quand nous arrivons à son « bureau », des animaux nous attendent déjà, immobiles et empaillés. Aujourd’hui j’accompagne une tourterelle dans sa dernière parade : pour Sarka c’est comme opérer des animaux, mais morts. Elle est la seule femme tchèque à faire ce métier, à déshabiller des oiseaux en rythme avec la radio. Un oiseau se fait en un jour. Elle ouvre, tranche, vide, lave et reconstruit… « Heureusement mon fils n’imagine pas tout cela… Le plus dur, ce sont les animaux gras en été, puis sortir les yeux et le cerveau ». La position finale de l’oiseau est ensuite improvisée. Sarka sait ne pas être parfaite dans ses tâches, mais elle essaie de l’être. Dehors, dans la rue et dans le bus, je suis frustré de ne pas pouvoir prendre en photo ce qu’il y a derrière moi, alors que je peux l’entendre… »

Guillaume Chauvin.

Guillaume Chauvin • Plzen • épisode 14

miroslava_kudrnova_18h30
Miroslava Kudrnova, 18h30, Plzen 2015 © Guillaume Chauvin

Dimanche 9 novembre 2015, à Plzen

MIROSLAVA KUDRNOVA – RETRAITÉE

 

« Miroslava domine tout un quartier depuis sa cuisine et parle anglais. Son dynamisme impressionne. Le matin elle chante avec son groupe pour une maison de retraite. Un des spectateurs âgé de 94 ans me prend le bras et me souffle «  allons enfants de la patrie » ! Nous sommes dans une yourte, il pleut au dehors. Là dedans, ça sent encore le vivant. Plus tard, des femmes me nourrissent pour que je patiente. En partant, entre les immeubles, une femme avec les plus beaux des yeux noirs croise un sac poubelle vide traversant le morceau de ciel contenu dans mon champ de vision. Le soir Mira retrouve ses petits-enfants pour manger et travaille avec eux piano et violon. Quand elle me dépose à l’arrêt de bus, le chauffeur est Radek. Mon Radek. La chance de la coïncidence. »

Guillaume Chauvin.

Guillaume Chauvin • Plzen • épisode 13

pan_spitz_19H12
Pan Spitz, 19h12, Plzen 2015 © Guillaume Chauvin

Samedi 7 novembre 2015, à Plzen

PAN SPITZ – BARMAN

 

« Dans un bar bien connu des pêcheurs, des buveurs hooligans et des ventrus hauts en couleurs, je suis accueilli. Une vitre protège le dessus du baby-foot, elle est inondée de bière et de whisky que les clients imbibés tatoués épongent en s’excusant.. Ils « boivent pour ne pas tomber malades » me dit le patron, et jouent au mini golf où ils sont aussi saouls que précis. Ils disent au revoir mais restent toujours pour une dernière bière : lui par exemple est déjà parti huit fois… Avant la fermeture, les têtes tombent en arrière et expirent la fumée des joints en rotant. Jusque dans les toilettes il y a des cendriers. Quand une maman appelle son fils saoul pour qu’il rentre, tous autour de lui se taisent… »

Guillaume Chauvin.

Guillaume Chauvin • Plzen • épisode 12

marek_urquell_13h38
Marek Urquell, 13h38, Plzen 2015 © Guillaume Chauvin

Vendredi 6 novembre 2015, à Plzen

MAREK URQUELL – TONNELIER CHEZ PILSNER URQUELL

 

« Dès sept heures du matin Marek façonne des tonneaux, petits ou gros, de A à Z, en deux jours. Il parle peu mais répond à toutes les questions. Ses collègues ont de bons souvenirs de leurs homologues français. Tout sent bon le bois clair et le métal graissé. Marek a construit de ses mains les meubles de son appartement où il fait chaud et où vit sa famille. Le soir Marek aide une amie à déménager. La canaillerie de la blague qu’il nous sort en voiture n’a d’égal que le calme de son sourire… Le soir en attendant le bus, deux cantonniers semblent parler de tabac de pommes de terre, et de crabes. L’un sort une toux grasse que l’autre achève d’un rot mielleux. »

Guillaume Chauvin.